Aller au contenu principal
ANALOGIQUE VS NUMERIQUE IPTIS

Analogique vs Numérique, quelles différences ?

IPtis est la marque opérateur de la societé Amedia Solutions.

Voilà plusieurs mois maintenant que nous (et d’autres) vous expliquons l’arrêt du RTC (Réseau Téléphonique Commuté) au profit de la téléphonie sur IP. Très concrètement nos communications quittent le monde de l’analogique pour celui du numérique.

Alors finalement quelles différences entre l’analogique et le numérique ? Pour comprendre ces différences et les avantages que l’on peut retirer du numérique il faut comprendre quelques phénomènes que l’on va tenter de détailler de manière simple.

Analogique vs Numérique

L’analogique et le numérique sont deux procédés qui permettent de transporter et de stocker des données. (de type audio , photo , vidéo…) . L’analogique est né avec le début de l’électricité tandis que le numérique est apparu plus récemment avec l’ère de l’informatique.

Le principe de l’analogique est de reproduire le signal à enregistrer (audio , vidéo…) sous forme similaire sur un support (magnétique en général) .Par exemple lorsque l’on enregistre un signal audio sur un système analogique le signal présent sur la bande suivra les mêmes amplitudes (" la même courbe ") que l’onde sonore (avec plus ou moins de fidélité) : les variations de pressions caractéristiques d’une onde sonore seront traduites en variations d’un signal électrique . Ainsi l’amplitude électrique du signal analogique sera l’image plus ou moins fidèle du signal à enregistrer (audio , vidéo…)

En numérique le signal analogique à enregistrer est converti en numérique grâce à un convertisseur analogique>numérique. Après cette conversion le signal n’est plus qu’une suite de " 0 " et de " 1 " c’est à dire un signal à deux amplitudes au lieu d’une infinité en analogique.

Une fois sous cette forme le signal peut être copié et transmis sans pertes car au lieu de transporter un signal dont l’amplitude doit varier fidèlement à l’original on transporte un signal formé de seulement deux amplitudes (par exemple 0=0volt et 1=5volts) . Ainsi lorsqu’un parasite perturbe un signal analogique, en numérique ce parasite aura aucun effet : par exemple un parasite qui ajoute 0.2v de perturbation va détériorer un signal analogique alors que ce même parasite sur un signal numérique n’aura pas d’effet car 0v+/-0.2v sera toujours considéré comme = " 0 " .

Le signal numérique est donc un signal analogique constitué de deux niveaux possibles (par exemple " 0 "=0v et " 1 "=5v) et lorsque le signal analogique s’éloigne de ces deux tensions cela n’est pas grave car tous signal proche de 0v sera considéré comme = " 0 " et tout signal proche de 5v sera = " 1 " avec un seuil de tension entre les deux d’ou une immunité exceptionnelle contre les parasites et une facilité exemplaire à faire des copies parfaites (clones) de ce type de signal.

Après un transport et un stockage en numérique tout signal (vidéo ou audio) devra revenir à sa forme analogique de départ. Par exemple un signal audio sera converti de numérique>analogique pour ensuite être amplifié ; en effet nos oreilles ne savent entendre en numérique ! ! !

Il faut bien garder à l’esprit que le numérique ne sert (dans le cas d’un signal audio ou vidéo) qu’au transport et au stockage des données.

analogique numérique iptis

La compression des données et l’échantillonnage

La conversion d’un signal en numérique n’est pas sans problèmes : la bande passante occupée par un signal une fois numérisé est plus importante que son équivalent analogique. Lorsque l’on traite des données très encombrantes comme la vidéo cela devient très lourd à traiter ; il faut donc utiliser un algorithme de compression visant à réduire la quantité d’informations en diminuant la qualité du signal. Toutes les compressions utilisées pour la vidéo ou l’audio se basent sur la perception humaine de façon à rendre peu ou pas perceptible cette baisse de qualité pour l’homme. Mais le problème est que souvent on a tendance à vouloir trop compresser le signal et la dégradation devient alors perceptible.

Rappelez-vous les débuts du MP3 et le débat entre les nostalgiques du disque vinyle et les défenseurs du numérique. La compression était telle qu’une oreille avertie percevait des différences entre les deux versions analogique et numérique.

Depuis les compressions sont meilleures, et la bande passante est forcément plus importante avec l’arrivée de la fibre optique et dans une moindre mesure de connexions type xDSL. C’est principalement ce qui explique qu’une communication téléphonique peut désormais transiter de manière numérique et non plus analogique.

Ajoutons à cela pour être complet sur le sujet que la conversion d’un signal analogique au numérique dépend également de la qualité de l’échantillonnage qui est en gros la taille des « tranches » que l’on découpe dans le signal. Plus les tranches sont « larges » et moins la reproduction numérique sera de qualité.

échantillonnage iptis

Quel rapport avec le téléphone ?

Lorsque vous vous exprimez vous produisez des sons, votre voix n’est ni plus ni moins qu’un signal analogique « rond », une onde. Pour transporter votre voix vers votre interlocuteur on passait jusqu’alors par le réseau téléphonique commuté et vos paroles étaient acheminées de manière analogique, donc de manière fidèle mais avec l’inconvénient d’être très sensibles à l’éloignement et aux interférences.

Historiquement, la téléphonie fixe est basée sur un fonctionnement relativement rudimentaire. Lors de l’appel, le locuteur fait vibrer une membrane présente dans le combiné du téléphone. Cette vibration est ensuite retranscrite en courant électrique à partir d’un système composé de bobines, de fil électrique et d’aimants. Le signal électrique, une fois créé, est transmis au destinataire, par un standard téléphonique et via le réseau cuivré puis restitué sous forme de voix audibles. C’est ainsi que fonctionne une ligne téléphonique analogique.

Dans le cadre du numérique, votre message va être compressé et échantillonné pour être retranscrit en bout de ligne de manière numérique à votre interlocuteur. La voix n’est plus transformée en signaux électriques, mais est désormais traduite en données numériques (une série de 0 et de 1). La compression, l’échantillonnage étant de qualité dite HD (Haute définition), votre interlocuteur vous entend parfaitement et vous pouvez faire transiter les communications par des réseaux numériques plus performants.

Pourquoi passer au numérique pour nos communications ?

👉 Les avantages de la téléphonie sur IP https://www.iptis.fr/quels-sont-les-principaux-avantages-de-la-telephonie-sur-ip

Tout simplement parce que le réseau historique téléphonique déployé dans un premier temps pour téléphoner, puis utilisé pour faire transiter les premières connexions internet a atteint ses limites :

  • Le réseau (qui est un réseau cuivre) est vétuste
  • Il est sensible aux interférences
  • Plus on est éloigné du central et plus il est difficile d’avoir une connexion internet de qualité
  • Une ligne analogique ne peut supporter qu’un seul appel à la fois sauf à disposer d’un PABX

👉 C’est fort de ce constat que l’arrêt du RTC est engagé : https://www.iptis.fr/larret-progressif-du-reseau-telephonique-commute-rtc

L’utilisation du numérique et plus particulièrement la fibre optique a pour avantage :

  • De faire transiter les informations très rapidement
  • De faire transiter beaucoup plus d’information (Téléphonie, Internet, Visio, Streaming, …)
  • De ne pas être sensible aux interférences électriques

👉 Comprendre la qualité de sa connexion Internet https://www.iptis.fr/comprendre-la-qualite-de-sa-connexion-internet

Vous souhaitez en savoir plus sur la téléphonie d'entreprise ?

Vous pouvez nous contacter pour que nous échangions ensembles sur vos spécificités et réfléchir à la solution la plus adaptée à vos besoins !

👉 https://www.iptis.fr/contactez-nous ou par téléphone : 05.55.18.23.58